Ainsi Fond

Retour au menu


Dans les couleurs hivernales d’un jardin d’autrefois
S’évente une toile de celles qu’on n’invente pas
Un berceau ou un étal, une raison, un bout de soi
Qu’on ne transporte pas.

Dans ce portrait bas en couleur, comme un coup porté aux fois.
Certains ignorent qu’en leur demeure se meure un ici bas

Au pic de ce peu de choses, de ces postures maladroites
De ces âmes si mal écloses poussent de douces voies
Aux allures impénétrables

En dépit d’un regard faux et bien qu’on sache qu’on ne sait pas
La simple et fraîche vérité détourne nos tours et nos appâts
Et peu s’en faut

Pour que jamais ne s’apprivoise la moindre de nos parades
Pour que jamais ne se dévoile dans le blanc d’une balle
Mon impudique maîtresse

Au pic de ce peu de choses, de ces postures maladroites
De ces âmes si mal écloses poussent de douces voies
Aux allures impénétrables